« Éclats de voies » de Françoise Delsuc

Édition : IS Edition Genre : Nouvelles/Essais Pages : 132 Collection : Jeux de mots

Quatrième de couverture : Du prêtre à l’araignée, de la petite fille à un plat de lapin, de la retraitée au jeune père, de l’amoureux à l’assassin, de pierre tombale en pierre tombale, de jeux de mains en jeux de vilains… L’auteure nous entraîne vers ces chutes implacables souvent sombres, parfois humoristiques ou tendres.

Série? Non.

Autres livres de l’auteur déjà lu : Aucun, celui ci est mon premier.

1) « Avis de tempête » – Premières phrases : Mais qu’est-ce qui se passe? Non, mais ce n’est pas vrai! Voilà que ça vibre, je ne rêve pas… Il me semble que le sol tremble.

2) « Nuit blanche » – Premières phrases : Maman, j’ai peur… Je sais, ça ne se dit pas, mais vois-tu, il n’y a qu’à toi que je le murmure, que je le crie tout bas, et je sais que tu m’entends.

3) « Ce plat-là » – Premières phrases : Encore! Ce n’est pas vrai qu’il a commandé ça! Je ne peux pas supporter ce truc! Et je suis juste en face, je ne peux pas y échapper…

4) « La main » – Premières phrases : Ils sont là tous les deux. Comme chaque année à la même date. Comme une tradition muette.

5) « Amnésie » – Premières phrases : Cela faisait pas mal de temps déjà qu’il était là, assis, pétrifié sur son lit. Sur son lit à elle.

6) « Premier jour de retraite » – Premières phrases : « Ah! Te voilà, ma brave Céline… Je t’attendais. Oh, pas forcément aujourd’hui, mais comme tu m’avais dit que tu allais passer, l’autre jour…

7) « L’appel » – Premières phrases : Le ciel, au loin, supplie l’orage dans un cri qu’une mouette cisaille.

8) « Entre deux portes » – Premières phrases : Je la vois… Je ne sais pas si je l’ai fait exprès… Oui, sans doute. Oui, ce n’est probablement pas par hasard que je suis venu traîner là!

9) « Le modèle » – Premières phrases : La chambre est douce et tiède, ronde et rosée comme un ventre de mère.

10) « Veille » – Premières phrases : Ils m’ont dit de rester là, de na pas bouger. Alors, c’est ce que je fais. Je reste là et je ne bouge pas.

11) « Ô sole mio » – Premières phrases : – Hééé! Psiiittt! – Hein? Oui, quoi? – Tu crois qu’ils vont bientôt venir? – Venir? Qui? – Eh bien, les autres… Les nouveaux!

12) « Luctus » – Premières phrases : Mon Dieu… Comme je regrette! Ma mère voulait que je sois prêtre. Quand je l’ai été, elle a été très fière. Vraiment très très fière…

13) « Osmose » – Premières phrases : Encore! Je les regardais de loin. Comment deux jeunes créatures aussi semblables pouvaient-elles se disputer à ce point.

14) « Les souvenirs » – Premières phrases : Moi qui suis assis là, seul, sur ce banc de pierre, dans ce grand parc, j’aimerais pouvoir accrocher mes souvenirs à mes rêves.

15) « Sur cette banquette » – Premières phrases : Il fait froid dehors, aussi, tout le monde s’est précipité dans l’un de ces deux restaurants-bars tandis que les flocons de neige, petits et aigus, fouettaient les visages à chaque rafale du vent exprimant sa colère.

16) « Le bouquet » – Premières phrases : C’est vraiment agréable! Quel magnifique soleil! C’est un de ces jours où l’on devine que le printemps chavire, qu’il se rend, qu’il bascule vers les moments d’été qui commencent à rôtir les peaux insouciantes et les fleurs que l’on a délaissées.

Ma chronique :

Ce recueil est composé de 16 nouvelles. Des nouvelles, qui comme l’auteure l’indique dans la préface, sont des extraits de vies, des instantanés. Dans ce recueil il y a des nouvelles douces, tendres, comme par exemple la seizième « Le bouquet ». Mais aussi des nouvelles plus sombres, difficiles, comme par exemple la septième « L’appel », voir même horrible comme la douzième « Luctus », lorsque nous arrivons au dénouement. Car oui, chaque nouvelle a une fin vraiment inattendue. Ou en tout cas, pour ma part! Hormis pour la dernière que j’ai trouvé très tendre, belle et sans revirement. Pour les autres, je ne m’attendais jamais au dénouement final. Et vous pouvez me croire sur parole, certains claquent! Chaque nouvelle est assez courte, mais elle n’empêche pas moins de ressentir tout un tas d’émotions. Émotions qui éclatent une fois arriver à la fin, une fois les tout derniers mots terminés. Que ce soit par son contenu, ses personnages qui peuvent être inattendues ou encore la direction prise et le dénouement, chaque nouvelle est très différente de la précédente. Et ainsi de suite jusque la fin. Je ne me suis pas ennuyée une seconde en lisant ces nouvelles. La lecture ce fait d’ailleurs très rapidement. Hormis quelques pauses obligatoires après une fin qui nous laisse dans un drôle d’état, ce recueil est vraiment un très bon moment de lecture. Et je conseille ce recueil à tout les amateurs de nouvelles, d’essais. À tout ceux qui aiment les lectures, courtes ou non, avec des genres différents au fil des chapitres. Et je finirai ma chronique en disant qu’après avoir lu la troisième nouvelle, je me sens beaucoup moins seule par rapport à ce plat que je n’aime pas moi non plus (oh que non!). Et ceux pour les même raisons!

À bientôt,

Laurie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s