« SORCIERS, l’intégrale » de Lionel Cruzille

Édition : Éditions NL Genre : Nouvelles Pages : 176

Quatrième de couverture : Qui sont réellement les sorciers ? Quels sont leurs points communs ? Subissent-ils ou non leur pouvoir ? Reflet de la vie intérieure mystérieuse des sorciers qu’elle soit sage, tourmentée ou intriquée dans l’Histoire, chaque nouvelle de ce recueil dévoile une facette de leur personnalité. On glisse dans leur peau, on voyage et on tremble avec eux. Un indien exorciste, un garçon qui voit ce que personne ne voit, un rasta Obeh plongé dans la violence jamaïcaine, un voyageur de l’étrange et… un curieux sortilège. Bienvenue dans les mondes des SORCIERS ! SORCIERS est un recueil de nouvelles pas comme les autres, c’est un sort à lui seul.

Série? Ce recueil regroupe toutes les nouvelles « SORCIERS ».

Autres livres de l’auteur déjà lu : – « SORCIERS : Wakiza ».

  1. « Ousamequin, Souvenirs d’Outremonde » – Premières phrases : Je me souviens très bien de cette vaste pièce richement meublée, flanquée d’un âtre si monumental qu’avec mon regard d’enfant, je songeais que nous aurions pu y jouer à cache-cache. J’étais assis sur le bord du banc de pierre glacial, dos au mur et face à la pièce.

  1. « WAKIZA » – Premières phrases : Un vent doux caresse mon visage. Malgré la saison, je roule la fenêtre grande ouverte, le coude posé nonchalamment sur la portière. Toute la côte vit un véritable été indien pour le plus grand plaisir de tous. Je hume l’air et j’avoue être presque totalement détendu, ça me plaît. Je dis presque parce qu’intuitivement je sens comme une fêlure dans cette perfection.

    1. « TUFF GONG » – Premières phrases : Je dévale une glissière de vide et débouche brutalement dans une brume statique et épaisse. L’espace d’un souffle tout est immobile. Je devine les contours d’une cour de demeure coloniale. La pénombre dessine des frontières floues aux choses et aux êtres qui peuplent cet endroit. Des gens occupent l’espace, mais les visages sont incertains, leur silhouette irrégulière et la limite des corps brouillées. Il m’est impossible de reconnaître qui que ce soit.

  1. « La roue » – Premières phrases : J’avance dans une obscurité totale, une atmosphère ouatée. Je devine que j’évolue dans une sorte de couloir et qu’il devrait donc y avoir des parois sur les côtés, mais ce n’est qu’une hypothèse, car je ne discerne rien d’ici. La suite de ma réflexion échoue dans un trou noir mental. Je ne parviens aucunement à réfléchir. Mon flot de pensées est hachuré, erratique, chaotique. Pourquoi suis-je là ? Comment suis-je arrivé ici ? Je n’en ai absolument aucun souvenir.

    1. « Sortilège » – Premières phrases : Vous êtes bien assis ? Remarquez qu’allongé fera l’affaire. De mon côté, je me pose et m’installe aussi. Je me cale bien, me détend et me concentre. Voilà. Attendez, je ne suis pas sûr de bien voir ni de bien ressentir… Ah, ça y est, je sens la connexion. Avec vous, je vais y aller doucement.

Ma chronique :

J’ai découvert l’auteur, Lionel Cruzille, à travers sa nouvelle « SORCIERS : Wakiza » (que l’on retrouve dans ce recueil). J’avais beaucoup apprécié ma lecture, la découverte d’un nouvel auteur et d’une partie de son univers. Alors, lorsqu’il m’a contacté en me proposant de découvrir ce recueil, regroupant toutes les nouvelles « SORCIERS », je n’ai pas hésité une seconde. Je me suis donc replongée avec plaisir dans l’univers rempli de magies, de sorciers et de sortilèges de l’auteur. Ce recueil, composé de 5 nouvelles, est un grand voyage à lui tout seul. Un séjour parmi les peuples Indiens et leur coutumes. Ou encore un autre en Jamaïque, où sortilèges et autres magies côtoie une légende de la musique. C’est un voyage hors des sentiers battus. Chaque nouvelle est écrite à la première personne, comme pour nous embarquer davantage entre ses lignes. Elles sont divisées en plusieurs chapitres, une façon de laisser au lecteur le temps de reprendre ses « esprits » avant la prochaine salve de magie. Des informations historiques, ou encore musicales très agréable, mais aussi des notes de bas de page explicatives, ponctue notre lecture. Cela donne le sentiment, l’impression, que l’auteur nous accompagne au fur et à mesure, au fil des nouvelles, jusque la fin… Si je devais choisir une nouvelle parmi ce recueil, j’accorderai ma préférence à la première « Ousamequin, Souvenirs d’Outremonde ». J’ai beaucoup aimé découvrir le passé, l’enfance et toutes ces petites choses qui était caché derrière le voile de ce personnage, que l’on rencontre au côté du guerrier dans la nouvelle « SORCIERS : Wakiza ». Pour finir, je conseille ce recueil de nouvelles, à tous les amateurs de magies, de sorciers, ou encore de sortilèges. Mais aussi à tous ceux qui, comme moi, aiment sortir des sentiers battus, de leur zone de confort. Quant à moi, je vais poursuivre ma découverte de l’auteur, avec son roman « 2048 » et sa suite. Et ouvrir les portes d’un autre pan de son univers.

À bientôt,

Laurie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s