« Le bonheur n’a pas de rides » d’Anne-Gaëlle Huon

Édition : City Edition Genre : Littérature française Pages : 320

Quatrième de couverture : Le plan de Paulette, 85 ans, semblait parfait : jouer à la vieille bique qui perd la tête et se faire payer par son fils la maison de retraite de ses rêves dans le sud de la France. Manque de chance, elle échoue dans une auberge de campagne, au milieu de nulle part. La nouvelle pensionnaire n’a qu’une obsession : partir, le plus vite possible ! Mais c’est sans compter sur sa fascination pour les autres occupants et leurs secrets. Que contiennent ces mystérieuses lettres trouvées dans la chambre de Monsieur Georges ? Et qui est l’auteur de cet étrange carnet découvert dans la bibliothèque ? Le jour où son grand âge se rappelle à elle, Paulette réalise qu’elle peut compter sur cette bande d’excentriques et que les années ne comptent pas pour découvrir l’amitié. Car au final, ces rencontres vont changer sa vie et, enfin, lui donner un sens.

Série? Non.

Autres livres de l’auteure déjà lu : Aucun, celui ci est mon premier.

Premières phrases : Sylviane détestait être en retard les jours de marché. Après il faisait chaud et c’était impossible de se garer. Elle jeta un œil à l’horloge sur le tableau de bord et accéléra dans la descente. Dans le poste, un animateur enthousiaste annonçait le programme des festivités du 14 juillet.

Ma chronique :

Paulette a bientôt 85 ans. Dans le but de vivre ses vieux jours en paix et au calme, elle a jeté son dévolu sur une maison de retraite dans le sud de la France, au Domaine des Hautes-de-Gassan. Un établissement de luxe, où massage ou encore cuisine gastronomique sont au programme.

Pour pouvoir y aller, Paulette a un plan : Faire croire à son fils, Philippe, qu’elle n’a plus toute sa tête, tout en lui faisant parvenir des brochures et documents concernant la maison de retraite de ses rêves.

Elle y met beaucoup de cœur. Absences, oublis, elle enchaîne les mésaventures et autres catastrophes. Elle remporte la partie lorsque son fils, craignant pour sa sécurité, lui annonce qu’il souhaite la placer dans un établissement spécialisé.

Mais cet établissement n’est pas dans le sud de la France, ce n’est d’ailleurs même pas une maison de retraite. C’est une auberge. L’auberge de Monsieur Yvon. À son arrivée, elle veut déjà en partir ! C’est reparti pour jouer la mémé qui perd la boule. Ajoutant au passage, un caractère très, très, grincheux.

Dans cette auberge, il y a déjà des pensionnaires, que je vous laisse découvrir au fil des pages. Ils semblent avoir des secrets. De quoi piquer la curiosité de Paulette.

Bienvenue dans l’auberge de Monsieur Yvon ! Il y a des parties de Cluedo, des frites maison. Un chat gastronome et même un somnambule gourmand… Mais surtout, il y a beaucoup d’amour et d’amitié.

Et si, contre toute attente, Paulette s’y plaisait ?

J’ai passé un très bon moment avec « la Paulette » et son caractère, comment dire ? Bien, mais alors, bien trempé ! Ce livre est un feel good par excellence. Aussi agréable à lire sous le soleil que sous le plaid. C’est frais, plein d’humour et tendre à la fois. Bref un livre qui fait un bien fou. Écrit à la troisième personne, il nous offre plusieurs points de vues, ne se limitant pas uniquement au personnage de Paulette, qui encore une fois, vaut son pesant d’or. À travers les chapitres – où d’ailleurs, je vous promet un sourire, voir même un éclat de rire par page – on découvre les différents pensionnaires de l’auberge. Ils sont tous, sans exception, très attachants, chacun à leur façon. J’ai aimé pouvoir les découvrir, en apprendre davantage sur leurs vies, connaître leurs ressentis et leurs petits ou gros secrets. Même si j’avoue avoir eu un énorme coup de cœur pour Paulette. Telle Tatie Danielle, elle mène son petit monde à la baguette. Ses frasques et réparties m’ont beaucoup fait rire. Mais Paulette n’est pas qu’une mamie bougon, elle est bien plus que ça. Mais je vous laisse la découvrir et n’en dirai donc rien. J’espère un jour mettre les pieds dans une auberge comme celle de Monsieur Yvon. Un auberge où il fait bon vivre. Où amitié et entraides sont au rendez-vous. Je termine cette chronique en vous parlant des chansons qui rythment cette lecture. Je n’ai pas pu m’empêcher de lire ces passages en chantant et j’ai adoré ça ! C’est vraiment super sympa et ça change. Vous l’aurez compris, l’auteure et sa plume m’ont totalement conquise. Je conseille ce livre à tous les amoureux de feel good, à tous les amateurs de lectures rafraîchissantes, légères et drôles. Mais aussi à tous ceux qui connaissent une Paulette ou une mamie bougon, qu’on aime très fort quand même. Quant à ceux qui n’en connaissent pas, Paulette vous attend à l’auberge de Monsieur Yvon.

À bientôt,

Laurie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s