« Voyage au pays de l’envie » de Frédéric Marcou

Édition : Atramenta Genre : Nouvelles Pages : 40

Quatrième de couverture : Ce livre est un recueil de cinq nouvelles fantastiques teintées de science-fiction. Il se veut ancré dans la réalité tout en laissant une large place à l’imagination et à l’imaginaire.

Série? Non.

Autres livres de l’auteur déjà lu : Aucun, celui ci est mon premier.

1) « Il ne vous reste plus qu’à signer » – Premières phrases : Jusqu’à ses quatre ans, le petit Dylan menait une vie paisible dans la campagne anglaise. Il vivait auprès de ses parents une vie de petit bonhomme. Cette année-là, il devait entrer à l’école et il était très sensible à cette nouvelle, l’école l’intriguait.

2) « Damnation » – Premières phrases : Je passe mon temps à pousser un chariot, à le remonter. Toute ma vie je pousse ce chariot, car je suis en enfer. Les heures de mauvais sommeil que l’on me donne, c’est pour que je ne meure pas d’épuisement, sinon je ne pourrais plus le pousser.

3) « Rêve impromptu » – Premières phrases : Très tôt dans sa jeunesse, Aldor avait ressenti une attirance, une sensation qu’il ne pouvait exprimer, il n’était alors qu’un petit enfant. Ses parents lui avaient laissé suffisamment de place pour qu’il puisse penser par lui-même. Il pouvait sortir de son corps, mais pas tout le temps, seulement au coucher, dans son lit.

4) « Homo sapiens sapiens neandertalis » – Premières phrases : Elle s’appelait Bettina, elle vit le jour dans un faubourg de Saint-Pétersbourg, au sein d’une famille issue de la petite bourgeoisie. Son enfance ne fut ni heureuse ni triste. Elle grandit sans gloire. Ses études brillantes à l’université furent couronnés par un beau diplôme.

5) « Une autre forme de mort » – Premières phrases : L’homme émet un premier tressaillement. Puis, un de ses corps astraux le quitte violemment. Le corps qui s’échappe hors de lui est fantomatique, gris foncé, et finit par se fondre dans l’air. Une grande force le traverse et l’ébranle. Il semble ne plus être présent.

Ma chronique :

D’habitude, je suis très friande de recueils de nouvelles. Pour moi, c’est l’idéal pour découvrir un auteur, pour ce faire une petite idée de sa plume, de son univers, sans pour autant lire un roman en entier. En particulier lorsque l’on sort de sa zone de confort ou que l’auteur nous est inconnu.

Lorsque l’auteur, Frédéric Marcou, m’a contacté, j’ai accepté avec plaisir de lire ce recueil, curieuse de découvrir un nouvel univers, une nouvelle plume à travers ces nouvelles. Malheureusement, cela n’a pas fonctionné. Il me reste un petit goût d’inachevé… Je n’en regrette toutefois pas la lecture, j’aime faire de nouvelles découvertes et m’éloigner des sentiers battus.

En commençant ma lecture, je savais déjà que ce serait assez sombre, noir et plutôt étrange. Dans ces 5 nouvelles, les thèmes abordés sont différents tout en restant dans le même cercle. Comme par exemple la mort, la réincarnation, la magie, la sortie de son corps… Des thèmes issu de l’imaginaire de l’auteur qui trouve l’inspiration dans chaque chose, même dans un rêve.

Ces 5 nouvelles sont très courtes, voir même, un peu trop courte. Et je pense que c’est justement leurs tailles et non leurs contenus qui m’ont posé problème. Leurs tailles et leurs chutes également.Certaines d’entre elles ne m’ont pas paru en être réellement. Ça m’a plus fait penser à une fin de chapitre qu’à une chute, il me manquait un petit quelque chose de plus, un petit twist final ou de plus amples explications.

L’auteur indique dans son avant-propos que ce recueil est plutôt adressé à un public adolescent. Cela se ressent dans la simplicité de la plume. Mais elle est aussi très poétique et assez tonique.

Malgré le fait que je sois passée un peu à côté de ce recueil, j’ai apprécié le petit préambule que l’on retrouve avant chacune des nouvelles, ainsi que la préface. On y retrouve des petites informations sur la nouvelle à venir et j’ai trouvé cela agréable. Un peu comme avoir une petite idée, un avant goût de là où on s’apprête à mettre les pieds.

À bientôt,

Laurie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s