« L’Année du flamant rose » d’Anne de Kinkelin

Édition : Éditions Pocket Genre : Littérature française Pages : 224

Quatrième de couverture : C’est sans doute la réaction de son mari à l’achat de ce flamant rose empaillé qui va faire réaliser à Louise que leur relation est terminée. Âme fantasque et étincelante, elle en a presque perdu l’inspiration. Mais la rupture va marquer un nouveau départ, avec l’indéfectible soutien d’Ethel et de Caroline, ses sœurs de cœur et de création depuis dix ans. Le genre de lien qui tient quand tout le reste fout le camp. Ensemble, dans le passage abritant leurs ateliers, le flamant rose en totem, les trois artisanes vont vivre et partager les amours, l’amitié, les saisons, les vacillements, les espoirs, les doutes, les hasards, les surprises et les complications, sortir du rang pour revenir à soi.

Série? Non.

Autres livres de l’auteure déjà lu : Aucun, celui ci est mon premier.

Premières phrases : – On ne va pas ramener ça dans la voiture. Louise, les mains serrées autour de l’animal, lui jeta un regard noir. À croire qu’entre eux, cela devait forcément en passer par là. – Je ne le laisse pas, tu comprends, il me parle… – Et bien sûr, tu ne peux pas en trouver un à Paris. – Non, je le veux, je le prends, c’est pas comme si je te demandais de me l’offrir. Ceci mit fin à la conversation. Il sortit sans claquer la porte, la cigarette déjà au bord des lèvres dégageant les premières volutes.

Ma chronique :

À Paris, dans un petit passage, ce trouve trois ateliers.

Le premier appartient à Louise. Elle est joaillière et créée de magnifiques bijoux. Mais un sentiment de solitude et des problèmes de couple mettent à mal sa créativité. Heureusement, cette maman d’une petite Rose, peut compter sur le soutien de ses deux amies. Mais aussi sur celui d’un flamant rose empaillé… Un oiseau sur lequel elle a craqué pendant ses vacances et qu’elle n’a pu s’empêcher de ramener dans ses valises.

Le second appartient à Ethel. Elle a 40 ans et est corsetière. Dans sa boutique travaille également Jeanne, qui alimente son blog érotique au fil des confessions des clientes. Dans cet atelier, la lingerie rétro n’attire pas que les femmes. Un homme passe souvent commande. Un homme qui semble être autant sous le charme d’Ethel que de ses créations.

Le dernier appartient à Caroline. Son domaine c’est les livres. Relieuse, elle aime le contact du papier, l’odeur entêtante qui flotte dans son atelier. Côté cœur, la jeune femme tombe très vite amoureuse de la personne qu’elle rencontre. Mais cela ne dure jamais très longtemps. En guettant du coin de l’oeil la rupture qui arrive immanquablement, Caroline et son cœur d’artichaut aiment puis quittent, avant de papillonner à nouveau avec toujours la même passion.

Trois ateliers, trois femmes se considérant depuis 10 ans sœurs de cœur tant leur amitié est forte, vont partager avec nous, au fil des saisons, leurs joies et leurs peines, leurs doutes et leurs certitudes. Sous notre regard, mais aussi sous celui d’un flamant rose empailler qui, tel un gardien, veille sur le passage.



Avec ce roman, j’ai passé un très bon moment de lecture. Il m’a beaucoup plu. À l’image de sa couverture, colorée et pétillante, ce roman est un véritable petit bonbon acidulé, qui se savoure du début à la fin. C’est le genre de lecture qui fait du bien. C’est doux, frais, rempli de tendresse et de légèreté. Un roman cocooning à lire tranquillement sous un plaid, ou sur un transat, ça marche aussi.

Dans ce roman, on découvre les portraits de trois femmes d’aujourd’hui. Trois femmes fortes et fragiles à la fois, passionnées par ce qu’elles ont choisi de faire. Trois femmes qui mènent leurs barques dans le tourbillon de la vie en nous partageant une partie de leurs quotidiens, avec son lot de choses aussi bien positives que négatives. Au fil des pages on peut facilement s’identifier à l’une d’elles, ou même aux trois, à travers certains de leurs sentiments, de leurs ressentis, ou encore certaines actions qu’elles entreprennent.

Écrit à la troisième personne, il ne se focalise pas uniquement sur un seul personnage, même si celui de Louise est plus développé que les autres. On les découvre tous au fur et à mesure du roman, où chacun trouve sa place, aussi bien les personnages principaux que secondaires. J’ai beaucoup aimé les descriptions de l’auteure concernant les personnages. Elles sont très détaillées, ce qui permet de bien les imaginer. En ce qui concerne le flamant rose, certaines choses le concernant que l’on découvre en toile de fond l’on fait devenir, à mes yeux, un personnage à part entière.

J’ai adoré le découpage du roman en quatre saisons. Chacune apportant ses caractéristiques particulières sur les personnages, mais aussi sur le décor alentour et ses paysages. Cette petite touche de renouveau qu’apporte une nouvelle saison. Ce découpage m’a permis de mieux me rendre compte de l’évolution des personnages. Le petit bonus inédit pour les lecteurs de l’édition Pocket est très sympathique lui aussi et apporte un petit plus, mais je vous laisse le découvrir par vous-même.

Quant à la fin du roman, elle est assez ouverte, certains pans de l’histoire restent un peu flous. Je le prend comme une façon de nous laisser entrevoir tout le champ des possibles qui s’offre à nos trois amies pour les saisons à venir.

« L’Année du flamant rose » c’est le genre d’histoire que l’on pourrait vivre, c’est une histoire de vie. C’est un roman doux amer qui fait du bien mais qui fait aussi réfléchir.

Réfléchir à quoi, me direz-vous ? Je laisse le soin à Louise, à Ethel et à Caroline de vous répondre.

À bientôt,

Laurie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s