« Nuit » de Bernard Minier

Édition : Éditions Pocket Genre : Thriller Pages : 608

Quatrième de couverture : Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l’hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur une plate-forme pétrolière. L’inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d’une technicienne de la base offshore. Un homme manque à l’appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz. L’absent s’appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Étrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d’un enfant. Au dos, juste un prénom : Gustav. Pour Kirsten et Martin, c’est le début d’un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.

Série? Oui, celui ci est le quatrième tome des enquêtes du commandant Martin Servez en format poche. 1er – « Glacé » 2ème – « Le Cercle » 3ème – « N’éteins pas la lumière » 4ème – « Nuit ».

Autres livres de l’auteur déjà lu : – « Une putain d’histoire » Et concernant les enquêtes du commandant Martin Servaz : – « Glacé » – Le Cercle » – « N’éteins pas la lumière ».

Premières phrases : Elle regarde sa montre. Bientôt minuit. Train de nuit. Les trains de nuit sont comme des failles dans l’espace-temps, des univers parallèles : la vie tout à coup suspendue, le silence, l’immobilité. Les corps engourdis ; somnolences, rêves, ronflements… Et puis le galop régulier des roues sur les rails, la vitesse qui emporte les corps – ces existences, ces passés et ces avenirs – vers un ailleurs encore dissimulé dans les ténèbres.

Ma chronique :

Après la découverte d’un corps dans une église de Bergen, en Norvège, Kirsten Nigaard, enquêtrice, se rend sur la plate-forme pétrolière en mer du Nord où travaillait la victime. En fouillant la cabine d’un homme absent, qui va vite devenir le suspect n°1, elle découvre des photos. Celle d’un petit garçon tout d’abord, qui d’après la légende au dos se nomme Gustav. Puis toute une série de clichés prise à l’insu d’un homme, toujours le même. Ces photos vont l’amener à poursuivre son enquête en France, à Toulouse plus précisément.

De son côté, le commandant Martin Servaz est en bien mauvaise posture lorsque nous le retrouvons. Son corps ayant été mis une fois encore à rude épreuve après une arrestation qui a mal tourné. C’est le jour de son retour qu’il fait la connaissance de Kirsten. Elle l’informe de son enquête et lui fait deux révélations. La première concerne l’homme sur les clichés, c’est lui, Martin. La seconde concerne l’identité de son suspect. Un homme que Martin connaît bien. Un homme dont il n’a pas eu de nouvelles depuis 5 ans. Julian Hirtmann…

Kirsten et Martin vont s’allier dans cette enquête qui ne s’annonce pas de tout repos. Une enquête sur tout les fronts qui va mettre les nerfs du commandant à rude épreuve. Cette fois encore, les événements ne l’épargneront pas…



J’ai lu chaque roman de Bernard Minier et, qu’il concerne ou non Martin Servaz, j’ai toujours été conquise par cet auteur, par sa plume, son univers et ses personnages. Chacun d’eux a été un coup de cœur. J’étais donc très impatiente de découvrir la nouvelle enquête du commandant Martin Servaz, qui je l’avoue fait partie de mes personnages chouchous. Et sans surprise ce quatrième volet est lui aussi un coup de cœur !

Ce que j’aime beaucoup dans les romans de cet auteur, c’est toutes ces petites informations qui nous donne l’impression que les personnages sont réels, qu’ils continuent à vivre en dehors des romans, quelque part, entre chaque enquête. Les petits avant/après, les rappels sur certains personnages ou certains faits que l’on a pu rencontrer précédemment, les informations ou actualités qui correspondent aux nôtres.

La construction du roman est faite en plusieurs parties. Chacune faisant monter un petit peu plus la pression que la précédente et ainsi de suite. Chaque chapitre a pour titre un mot, une phrase, que l’on va retrouver au détour d’une phrase, d’un paragraphe. Comme un petit avant-goût… Tout au long de notre lecture, des descriptions nous accompagne. Certaines sont à couper le souffle, tant on peut parfaitement les imaginer, et je crois que ce n’est plus un secret, moi les descriptions c’est mon dada et je me suis régalée.

Niveau personnages, Martin Servaz n’occupe pas seul le devant de la scène. Il partage la vedette avec Kirsten qui mène l’enquête à ses côtés. Au fil des pages on découvre de nouveaux personnages, mais surtout on retrouve ceux qui sont devenus récurrents au fil des tomes. Comme Vincent, Samira, Margot, le commissaire divisionnaire Stehlin, Cathy d’Humières… Et même si certains ne font qu’une apparition rapide ou reste au second plan, ça fait plaisir de les retrouver. Oui même Julian Hirtmann ! Je ne peux en dire plus à son sujet, mais je n’en pense pas moins !

Quant à l’intrigue, elle monte en douceur au début, puis prend de l’ampleur au fil des pages. L’auteur nous titille en nous offrant des informations en apparence anodines qui finissent par nous donner un bon coup de pression lorsqu’elles prennent tout leurs sens. De bons, très bons rebondissements se cachent entre ces pages, mais comme pour Julian, je n’en dirais pas plus, je vous laisse les découvrir.

Je conseille les romans de Bernard Minier à tous les amoureux de thriller. Si vous êtes plutôt lecture en plusieurs tomes, Martin Servaz saura vous séduire. Si vous préférez les one-shot, je vous invite à lire « Une putain d’histoire », un thriller qui porte bien son nom. Je termine cette (longue) chronique avec 3 petits mots : Vivement la suite !

À bientôt,

Laurie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s