« Comme un phare dans la tourmente » de Wendall Utroi

Genre : Littérature française Pages : 370

Quatrième de couverture : Au soir de sa vie, Martial, paysan bourru, se remémore le parcours jalonné d’embûches de ses quinze dernières années. Notre vie d’adulte se façonne dans les premières années de notre enfance. Lorsque l’on évoque notre passé, il nous revient le souvenir d’un parent, d’une mamie, que l’on porte dans son cœur, et qui nous a soutenu dans cette étape délicate. Voici l’histoire de Martial et celle de son petit-fils Antoine, qui, au travers des tourments d’une famille qui se consume et se déchire, vont apprendre à se connaître, et à s’aimer. Un récit intime, peuplé d’émotions, de joies et de chagrins, de peurs et d’amours qui parsèment nos mémoires d’enfants. Une histoire qui ne vous laissera pas insensible.

Série? Non.

Autres livres de l’auteur déjà lu : Aucun, celui ci est mon premier.

Premières phrases : Allongé sur le lit métallique, Martial n’ignorait pas que le temps qu’il lui restait à vivre s’évaporait. La pâleur des murs et du plafond de sa chambre d’hôpital devenait nauséeuse ; un blanc laiteux, froid, impersonnel et morose. On dit que la pureté s’accommode de cette couleur, mais elle l’oppressait et l’étouffait, comme l’opalescence des matins d’hiver entre clairs-obscurs, moments où la lumière se fond avec la nuit, incertaine.

Ma chronique :

Martial est à l’hôpital. Le vieil homme, amoureux de la campagne, de sa ferme, de la nature, de la vie au grand air, supporte difficilement l’enfermement dans cette chambre froide, sans couleur, au cœur de cette ville bruyante et sans saveur.

Au crépuscule de sa vie, ses journées dans cette chambre se suivent et se ressemblent. Il attend avec impatience une visite qui ne manque jamais, celle juste après 16h30. Le reste du temps, au milieu du balai des infirmières, des soins, il s’évade en pensées et vogue dans son passé au fil de ses souvenirs.

Ses souvenirs, ce passé qu’il se remémore, il va le partager avec nous. Nous faisant découvrir les événements qui ont jalonné ses quinze dernières années. Il nous raconte sa vie, mais aussi celle de sa fille Mylène et de son petit-fils Antoine, un petit garçon qu’il aime profondément. Un amour que l’enfant lui rend si bien.

Il nous raconte sa vie et celle des siens, les bons comme les mauvais moments, avec émotions, délicatesse et douceur. Mais aussi et,surtout, avec beaucoup d’amour…



Quelle lecture ! J’ai été profondément touchée, en plein cœur, par cette histoire, par ce grand-père si aimant, par ses bonheurs mais aussi ses douleurs que j’ai parfaitement ressenti. Certaines me faisant mal à moi aussi, tellement j’étais plongée entre les pages, entre les lignes. Ce roman est tellement bien écrit, tellement agréable à lire, que c’est un très beau coup de cœur.

Coup de cœur pour l’amour d’un père pour son enfant, l’amour d’un grand-père pour son petit-fils. Coup de cœur pour cette grande complicité entre l’enfant et son papy… C’est beau, c’est fort, ça serre le cœur tout en faisant sourire en même temps. À travers ma lecture, à travers les souvenirs, mon cœur a été mis à rude épreuve. Une fois arrivée à la fin, le petit mot de l’auteur a terminé de m’ « achever » si je peux dire…

Ce roman est bourré d’émotions, de la première à la dernière page. Elles sont fortes et on ne peut que les ressentir et les partager. Certains passages ont été difficiles à lire parce qu’ils m’ont pris aux tripes. Je suis tellement contente d’avoir découvert cet auteur que je ne connaissais pas. J’ai été emportée par sa plume, par ses mots bouleversants, emplis de justesse qui prennent au cœur, au corps, et te font ressentir les mêmes émotions que les personnages.

Des personnages entiers, puissants, qu’on voudrait tellement aider, à qui on voudrait tendre la main, ou juste serrer dans nos bras. Le personnage de Martial m’a ému, me touchant tant de fois… À bien des égards il m’a fait penser à mon papy à moi et en lisant, lorsque je m’imaginais le visage de Martial, c’est le sien que je voyais. Quand au personnage d’Antoine, il a mis mon cœur de maman à rude épreuve à de nombreuses reprises.

« Comme un phare dans la tourmente » est, comme je le note plus haut, un très beau coup de cœur que je vous recommande fortement. Pour l’histoire, pour les mots, pour la plume de l’auteur. Pour Martial, pour Antoine et pour toutes les émotions que j’ai pu ressentir pendant et après ma lecture. J’ai été heureuse, triste, émue avec eux, partageant chaque sentiment, chaque bonheur, chaque douleur… Je les quitte avec regret et ils vont me manquer.

À bientôt,

Laurie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s