« Parce que c’était toi… » de Bruno Combes

Édition : Éditions Michel Lafon Genre : Littérature française Pages : 336

Quatrième de couverture : À l’âge de seize ans, ils s’étaient juré un amour éternel. Vingt-sept ans plus tard, ils se sont retrouvés et rien n’a pu empêcher cette passion de renaître. Ni les deux beaux enfants de Camille, ni Richard, son mari, et son associé dans leur cabinet d’avocats. Mais peu à peu Stephen, totalement libre, lui, ne peut plus supporter cette liaison et somme Camille de choisir. Bouleversée par cet ultimatum, celle-ci a un accident de voiture où sa fille est blessée et elle-même très atteinte, surtout psychologiquement. Stephen, bien sût, ne peut pas aller la voir, toute sa famille est autour d’elle. Mais il la bombarde d’appels, lui demande pardon… Camille est rassurée : dès qu’elle ira mieux, tout recommencera comme avant. Sauf que tout change…

Série? Oui, il s’agit de la suite de son roman « Seulement si tu en as envie… ».

Autres livres de l’auteur déjà lu : – « Ce que je n’oserai jamais te dire… ».

Premières phrases : L’insouciance, c’est retenir par la main cette part d’enfance qui s’enfuit et qui nous manque tant. C’est apprécier cette légèreté qui apaise les moments trop sérieux, trop ordonnés, trop prévisibles. C’est ne pas se soucier des conséquences et écouter cette petite voix qui nous donne envie de sauter dans les flaques avec un grand éclat de rire.

Ma chronique :

Entre ces pages, nous retrouvons Camille et Stephen, que nous avions rencontré dans « Seulement si tu en as envie… ». Ils se sont rencontrés à 16 ans, sont tombés amoureux… Puis la vie les a séparé. 27 ans plus tard, lorsqu’ils se sont retrouvés, leur histoire à recommencé, comme si elle n’avait jamais pris fin…

Aujourd’hui et pour la seconde fois, Stephen qui contrairement à Camille, n’a personne dans sa vie, lui demande de faire un choix, lui laissant trois semaines pour prendre sa décision, pour choisir entre lui et son mari, Richard.

Un ultimatum qui bouleverse Camille au plus profond d’elle. Comment pourrait-elle réussir à choisir entre Stephen et la vie qu’il lui promet et sa vie actuelle, avec son mari et leur deux enfants ? Perturbée par ce choix qu’elle va être obligée de faire, elle négocie mal un virage et a un accident de voiture.

Camille est blessé physiquement, mais psychologiquement, c’est encore pire. Sa fille était avec elle au moment de l’accident. Elle ne peut s’empêcher de culpabiliser pour ce qui vient de se produire, se reprochant l’accident et surtout l’état de santé de sa fille.

Lorsqu’il apprend l’accident, Stephen regrette déjà amèrement de lui avoir posé cet ultimatum. Il veut être avec elle, reprendre leur histoire et la continuer comme elle se déroulait jusqu’à maintenant. Mais est-ce encore possible?



Avant de commencer cette chronique, je dois avouer une petite chose. J’ai commencé à lire ce roman lorsque je l’ai reçu, sans lire le résumé, sans savoir qu’il s’agissait d’une suite. Mais lorsque je m’en suis rendue compte, impossible de m’arrêter pour d’abord découvrir le précédent, j’étais déjà plongée entre les pages. Alors certes, je sais beaucoup de choses les concernant, concernant leur passé, mais je compte bien lire le premier tome, qui a depuis rejoint ma wishlist, pour connaître toute leur histoire.

Comme je le note plus haut, dès les premières pages, j’ai été plongée dans l’histoire que j’ai dévoré sans m’en rendre compte, constatant avec étonnement que j’en avais déjà lu plus de la moitié en très peu de temps. J’ai adoré cette lecture. J’ai retrouvé la plume de cet auteur que je lis pour la seconde fois, avec toujours autant de plaisir. Entre ces pages, la légèreté se mêle aux sujets délicats, apportant cette pointe de réalisme à l’histoire, en faisant d’elle une histoire de vie.

Écrits à la troisième personne, on alterne au fil des chapitres entre les points de vues des différents personnages, en particulier entre Camille et Stephen. On a plusieurs regards sur une même situation et surtout on connaît leurs différents ressentis et sentiments, ceux qu’ils ont tendance à caché à l’autre, et ça c’est quelque chose qui me plaît énormément. Ils m’ont beaucoup touché tout les deux, dans les sentiments forts et vrais qu’ils éprouvent l’un pour l’autre.

J’aime beaucoup la construction des romans de cet auteur. Les petits textes que l’on retrouve à chaque nouveau chapitre, l’aération de ces mêmes chapitres avec plusieurs petits paragraphes, rendant la lecture plus fluide et agréable. Et je rajouterai, mais ce n’est qu’un détail pourtant, la douceur de la couverture au toucher qui m’a beaucoup plu.

« Parce que c’était toi… » est une très belle histoire que je vous recommande. Ce roman est rempli d’émotions, de sentiments et surtout d’amour à tellement de niveaux… Mais avant je vous conseille, si ce n’est pas encore fait et surtout contrairement à ce que j’ai fait moi-même, de lire le premier tome « Seulement si tu en as envie… ». Afin de découvrir toute l’histoire de Camille et Stephen depuis le début.

À bientôt,

Laurie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s